QUIXOTIC  CATALOG

1=0 (unegalzero)  -  Captain Americano  -  Dick Turner  -  Marteau Mu *

- Norman Would - Pokett - Scalper - Some Smoking Guys * -

Spleen vs Ideal - Sukoï Fever - Traditional Monsters - Vincent Bricks *

- Von Limb - The Wave Chargers * -

present

Norman Would
norman would cover.jpg

Une pochette sépulcrale pour un timbre de voix 'à la' Mark Lanegan/Howe Gelb qui donne à ce premier disque sorti de nulle part une couleur et des ambiances qui ne le sont pas moins (sépulcrales).

Sorti de nulle part, pas vraiment, au regard de la qualité des compos auxquelles Joshua Hudes et Kramer ont su donner l'écrin qu'elles méritaient.

Von Limb
von limb cover final.jpg

Subtil cross-over de dream pop et de cold wave aux inflexions shoegaze pour un EP au long cours qui laisse planer des ambiances cinématographiques.

De Durutti Column à Cocteau Twins en passant par Cold Showers, une musique qui parle à toutes les générations. Un talent rare et appréciable.

Scalper

Installé à Auckland (Nouvelle-Zélande), Scalper propose un rap alternatif downtempo sombre et habité. Il pose sa voix sur des instrus aériens, affutés et torturés, comme autant de témoignages d'une époque qui peine à faire ressortir la beauté et la plénitude qui nous entourent pour nous ensevelir sous une violence et une souffrance quotidiennes...

Sukoï Fever

Sukoï Fever est de ces groupes à qui on ne la fait pas. Les vents contraires n'ont jamais réussi à souffler la flamme de ce rock'n'roll power garage qui les anime depuis si longtemps.

Avec The End Never Dreams (sept. 2017), ils en feront la plus belle démonstration....

I=O (unegalzero)

Ovni musical comme on en voit peu. Ou pas assez. A la premiere ecoute on prend une baffe dans la gueule, à la Audiard, comme une balle dans la nuque. Exécution sommaire de la variété francaise... avec un sourire en coin.

Dick Turner

L'univers dépeint par Dick Turner et mis en scène et en musique est celui d'un dandy crooner lunaire à la fantasmagorie 'Art brut' autant que résolument pop. Des chansons qui ne vous quittent plus dès la première écoute.

Captain Americano

Entre la France, les Etats-Unis et le Chili, un projet à la croisée des chemins du grunge, du punk rock et de la power pop.

Ce Captain Americano a le profil d'un futur super héros nouvelle génération de la musique.

The Wave Chargers

The Wave Chargers sont passés maîtres dans l'art de l'évidence. Les ambiances électriques et surchauffées de leur deux EPs/45trs de surf music sur la brèche est là pour le prouver. Il suffit de se laisser porter par la déferlante.

Pokett

Quixotemusic et Pokett se sont associés pour la réédition en double vinyle remasterisé du premier album de celui qui sortait en 2004 un album digne d'Elliot Smith et de Jim O'Rourke. 

Sensibilité folk, douceur pop et explorations électroniques en font un album à part.

We Are Disco Doom Revenge

L'approche musicale de Francisco Esteves a toujours été large, entière et participative et son nouveau projet, We Are Disco Doom Revenge, n'échappe à la règle. Le numérique, l'analogique, l'humain sont les trois piliers de WADD Revenge que Cisco aime à présenter comme un projet "electro hip hop shoegaze"

Pollyanna

Trois disques depuis 2008, dont un très remarqué chez Vicious Circle, et plus de 400 concerts en France, en Suisse, en Allemagne, au Benelux, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Grande-Bretagne, ... Pollyanna, c'est une voix entêtante qui se laisse porter à tous vents, entre pop, rock et folk.

Traditional Monsters

L'univers dépeint par Dick Turner et mis en scène et en musique au sein des Traditional Monsters est un véritable bestiaire post punk foutraque de personnages borderline en quête d’un bonheur hypothétique, sur fond d’humour désespéré…

Reza

REZA ne fait pas dans la poésie déclamée mais plutôt dans un songwriting ciselé fait de titres courts à la mélodie impeccable où l’on croise les Go-Betweens dans

l’écriture, Morrissey dans certaines intonations du chant ou encore certains groupes américains d’Alt-Country dans une approche naturaliste du son.

past

Connect the Machine to the Map vol.1

Connect the Machine to the Map réunit un éventail d'artistes issus de mouvements d'expression assimilables à la culture hip hop, quelle que soit la base musicale qui serve leur propos. Le projet s'est monté autour des influences de Francisco Esteves (We Are Disco Doom Revenge) qui l'avaient déjà conduit à nouer des contacts avec Austin (Texas)(époque Binary Audio Misfits, post Expérience). Ilrévèle un nombre impressionnant de connexions souterraines transfrontalières. Beatmakers, producteurs, musiciens, poètes, philosophes, MCs, tous posent sur leurs propres compos ou celles d'autres artistes à travers le monde, ou partagent simplement les mêmes affiches...

Joseph Fisher

Enfant des années 1970, Joseph Fisher s'étant vu un jour demander par sa grand-mère ce qu'il voulait faire plus tard, répondit "Je ne sais pas, mais j'écrirais" ignorant qu'il venait de décrire à grands traits sa vie future. 

Spleen vs Ideal

1ère aventure de Quixotemusic. 

Diptyque elliptique épileptique mastoc. Énergie noire éblouissante qui place ce duo basse-batterieaux abords de la galaxie Patton-esque.
... un ovni musical en territoire français et l'un des secrets les mieux gardés (oubliés) de l'année 2007.

Backbone Party

Kaléidoscope contemporain, entre Occident et Orient, entre vintage et numérique. Assemblage électrique, organique, électronique, les symptômes sonores les plus fréquents appartiennent selon les cas aux sous-types alternatif, electro et indus.

Lumi

Lumi, l'un des groupes phares de la scène indé libanaise. Sombre et glamour, tendu et dansant, "Two Tears in Water" réunit un panel de titres qui évitent le piège d'une électro-rock simpliste qui se chercherait une identité par de simples boutures orientalisantes en offrant des titres sur la brèche, capables de dynamiter un dance-floor.

The Tape

Improbable rencontre entre un étudiant russe en graphisme et un ingé son du XIIe arrondissement parisien, The Tape affiche une créativité rare et débridée. La recette est simple (quoique). Les mélodies, souvent imparables, sont riches d'envolées electro-pop triturées. Lorsque l'on passe derrière le rideau vocal, on découvre alors une mécanique d'électronique vintage dont les cimes flirtent avec la cinématographie asphaltée d'un "Drive" aux accents nordiques.